Géologie structurale

Géologie structurale – se familiariser avec les notions de base. La géologie structurale est la branche de la géologie qui étudie la géométrie, la distribution et la formation des structures géologiques.

Points forts

  • Les principales structures géologiques sont créées lors de la formation des roches
  • Étudier la géologie structurelle signifie identifier, mesurer et expliquer les informations à un non-professionnel.
  • Il existe différentes méthodes pour la géologie structurelle.

Qu’est-ce que la géologie structurale ?

Le terme « structures géologiques » fait référence à la configuration géométrique des roches. Il s’agit notamment d’étudier cette configuration lorsque les roches ont subi une certaine déformation, ce qui implique qu’il existe deux types de structures géologiques : primaires et secondaires.

Structures géologiques primaires

Les structures géologiques primaires sont celles qui sont créées lors de la formation des roches. Parmi celles-ci, on trouve la stratification, la foliation diagénétique, la bande d’écoulement, la structure eutaxitique, etc.

  • Stratification
  • Foliation diagénétique
  • Bandes d’écoulement
  • Structure eutaxitique

Structures géologiques secondaires

Les structures géologiques secondaires sont créées au cours d’un processus de déformation que la roche subit après sa formation.

Comme exemple de structures géologiques secondaires, on peut citer : la foliation métamorphique, les plis, le clivage associé au plissement, les joints et les failles, qui sont les principales.

  • Plis
  • Clivage
  • Articulations
  • Défauts

Nous avons dit précédemment que la géologie structurale est chargée d’étudier la géométrie, la distribution et la formation des structures géologiques. Nous allons donc analyser chacun de ces aspects.

L’étude de la géométrie des structures géologiques implique l’identification de leur forme.

L’étude géométrique d’une structure implique d’identifier, de mesurer et de décrire sa géométrie de manière simple. Ceci afin que la personne qui prend les données et celle qui les lit puissent imaginer pratiquement la même chose.

Ces informations seront ensuite utiles pour élaborer des modèles géologiques et le rapport correspondant qui accompagne les modèles.

Étudier la distribution des structures géologiques signifie comprendre comment la géométrie de ces structures se situe spatialement dans le contexte géologique dans lequel elles se trouvent.

Pour ce faire, le géologue sur le terrain utilise des outils tels que la carte topographique et/ou le GPS pour connaître la localisation du site. Un marteau géologique et une loupe sont ensuite utilisés pour identifier les roches qui affleurent. De plus, une boussole est nécessaire pour s’orienter et pour orienter les structures géologiques et des outils comme un mètre à ruban sont utilisés pour connaître les dimensions de l’affleurement, des unités géologiques et des structures géologiques.

Par la suite, le géologue consignera les informations recueillies dans son rapport de terrain. Mais il le fera surtout sur une carte dite géologique (si elle présente toutes les informations géologiques : unités lithologiques, structures géologiques, données structurales, etc.) ou structurale (lorsqu’elle met l’accent sur les structures géologiques).

Ensuite, sur la base de cette carte et en fonction des informations recueillies, le géologue étendra son analyse en préparant des profils géologiques ou structuraux pour comprendre en profondeur la géométrie des unités géologiques et des structures.

L’étude de la formation des structures géologiques implique la compréhension théorique, en principe, des mécanismes et processus géologiques qui peuvent générer une structure géologique particulière.

Le principe fondamental pour commencer tout travail est d’avoir une bonne compréhension des bases théoriques. Si vous pouvez identifier les structures primaires, vous saurez si une structure observée est secondaire ou non.

Méthodes de base de la géologie structurale

Le travail en géologie structurale, comme dans toute branche de la connaissance, nécessite une méthodologie qui permet d’obtenir les résultats souhaités. Dans ce point, quatre des étapes les plus critiques de la méthodologie de travail en géologie structurale seront mentionnées.

Comprendre comment les roches sont déformées

Le principe fondamental pour commencer tout travail est de connaître et de comprendre les bases théoriques. Si vous pouvez identifier les structures primaires, vous saurez si une structure observée est secondaire ou non. De même, si le type de structure secondaire trouvée est identifié, sa géométrie, sa configuration géométrique, sa distribution spatiale, son processus de formation peuvent être analysés et, en outre, d’autres structures géologiques qui sont éventuellement associées à la structure observée peuvent être recherchées.

Décrire et collecter les mesures de la géométrie actuelle des roches.

Une fois les structures primaires et secondaires identifiées, il faut procéder à une description détaillée de chacune d’entre elles. Cette description doit inclure le (ou les) type(s) de roche présent(s), le type de structure, le type de déformation observé dans les structures secondaires (continu, discontinu, homogène, hétérogène). De même, la réponse des roches aux contraintes (comportement cassant, ductile ou cassant-ductile), la surface occupée par la déformation. Enfin, la description géométrique de chaque structure, y compris les données structurelles prises avec le compas.

Interpréter la configuration et la distribution des structures géologiques

Les informations recueillies à l’étape précédente doivent être reportées sur une carte géologique pour comprendre la configuration géométrique et la distribution spatiale des structures géologiques. Ensuite, cette distribution doit être analysée dans le contexte géologique local et/ou régional et, de préférence, des profils géologiques (ou des modèles tridimensionnels) doivent être réalisés pour déduire et comprendre la distribution des structures en profondeur.

Comprendre l’histoire de la déformation des roches observées

Sur la base des processus ci-dessus, il est possible d’arriver à une (ou plusieurs) hypothèse(s) concernant l’histoire de la déformation des roches observées, notamment les facteurs cinématiques, les facteurs dynamiques, le temps et l’évolution de la déformation.